l’insolite photo finish sur la Brussels Classic 07/09/2019

L’Australien Caleb Ewan (Lotto-Soudal) a remporté d’un cheveu au sprint de la 99e édition de la Brussels classic (ex-Paris-Bruxelles), samedi à Bruxelles.

Caleb Ewan a devancé de quelques centièmes l’Allemand Pascal Ackermann (Bora-Hansgrohe), 2e, et le Belge Jasper Philipsen (UAE Emirates), 3e.

Dans ce sprint incroyablement dense, ce ne sont pas trois mais six hommes qui se sont battus pour la victoire, puisque Davide Ballerini (4e, Astana), Jasper Stuyven (5e, Trek-Segafredo) et Arnaud Démare (6e, Groupama-FDJ) ont coupé la ligne dans la même seconde que les trois premiers.

Voici plusieurs angles pour se rendre de la lutte livrée par les six sprinteurs.

Découvrez les temps forts de la Brussels Cycling Classic 2019

Produits interdits et AUT


Substances non approuvées

S1 : Agents anabolisantes : Nandrolone, Testostérone…
S2 : Hormones peptidiques, facteurs de croissance et substances apparentées : ACTH, EPO, Hormones de croissance,
gonadotrophine chorionique, insulines…
S3 : Béta 2 agonistes
S4 : Modulateurs hormonaux et métaboliques
S5 : Diurétiques et autres agents marquants
S6 : Stimulants : Amphétamines, Ephédrine, Heptaminol…
S7 : Narcotiques : Morphine, Héroïne
S8 : Cannabinoïdes : Cannbis, Haschich, Marijuana
S9 : Glucocorticoïdes

Pour rechercher si un médicament fait partie des substances interdites, nous vous conseillons de vous rendre sur le site de l’AFLD : http://medicaments.afld.fr/

Méthodes interdites

M1 : Manipulation de sang ou de composants sanguins : les transfusions
M2 : Manipulation chimique et physique telles que, par exemple, falsification d’échantillons, perfusions intraveineuses
M3 : Dopage génétique

INTERDICTION D’UTILISATION DU TRAMADOL A PARTIR DU 1er MARS 2019

Les autorisations d’utilisation à des fins thérapeutique

  • Sportifs, attention à l’automédication et aux risques auxquels elle peut vous exposer.
  • Interrogez toujours votre médecin ou pharmacien.
  • Toujours vérifier sur la notice du médicament qu’il n’apparait pas la mention spéciale à l’attention de sportifs.
  • Les substances interdites peuvent être recherchées dans un prélèvement d’urine et/ou une prise de sang.

Depuis 2012 il n’y a plus de déclaration d’usage. Une AUT sera nécessaire quand une affection nécessite l’usage d’un médicament inscrit sur la liste, notamment les corticoïdes par voie générale (orale, injectable en IM/IV). Les corticoïdes par voie inhalée associés à un bronchodilatateur inscrit sur liste nécessiteront une AUT.

Rappel au sujet des AUT et de la suppression de la raison médicale dûment justifiée :

A compter du 1er juillet 2019, les sportifs, quel que soit leur niveau (national, international ou autre), leur statut ou leur palmarès, ne pourront plus se prévaloir de la raison médicale dûment justifiée (RMDJ) dans le cadre d’une procédure disciplinaire pour justifier la présence dans leur échantillon prélevé à l’occasion d’un contrôle antidopage, l’usage ou la tentative d’usage, la possession, l’administration ou la tentative d’administration des substances ou méthodes interdites.

Pour plus d’informations, consultez le site de l’AFLD.

En résumé

  • Les corticoïdes inhalés seuls sont autorisés
  • Les bêta 2 agonistes (bronchodilatateurs). Certains sont autorisés et ne demandent pas d’AUT : le salbutamol (Airomir, Ventoline, Buventol), la salmétérol (Sérevent, Sérétide) et le formotérol (Foradil)

D’autres nécessitent une AUT dûment justifiée : la terbutaline (Bricanyl), et le fénotérol (Bronchodual).

  • Les corticoïdes inhalés associés aux bêta 2 agonistes qui nécessitent une demande d’AUT (voir ligne ci-dessus), nécessitent une demande d’AUT.

Recommandations

Si désormais, les glucocorticoïdes par voies non systémiques utilisés seuls et les bêta 2 agonistes par voie inhalée (Salbutamol, Salmétérol et Formotérol) ne font plus l’objet d’aucune procédure d’AUT, il reste INDISPENSABLE pour les sportifs bénéficiant de tels traitements de conserver ABSOLUMENT leurs justifications thérapeutiques (ordonnances, examens médicaux, etc.). En effet, seuls ces documents pourront être pris en compte à la suite d’un contrôle antidopage où les résultats se révéleraient anormaux.

Les formulaires de demandes d’AUT sont disponibles sur le site de l’AFLD

Les documents sont à adresser en lettre recommandée à :

La cellule médicale de l’AFLD

8 rue Auber,

75009 Paris.

E-mail : cellule.medicale@afld.fr

E-mail : service.medical@afld.fr
Tél. : +33 (0)1 40 62 72 59

Attention

Épreuves internationales :

Un coureur bénéficiant d’une AUT, délivrée par l’AFLD, ou ayant valablement déclaré auprès de cette dernière l’usage d’une substance soumise à déclaration, devra entreprendre la même démarche auprès de l’UCI avant de participer à toute épreuve inscrite au calendrier international. Formulaires disponibles sur les sites https://www.wada-ama.org/fr et http://fr.uci.ch/

,

POUR TOUTES INFORMATIONS

Ministère des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et de la Vie Associative

Mission Médecine du Sport

Lutte contre le dopage

95 avenue de France

75650 PARIS Cedex 13

http://www.sports.gouv.fr/prevention/dopage/

Source : www.FFC.fr

FFC – Nouveaux services à l’attention des licenciés

Engagée dans un important plan de modernisation numérique depuis quelques mois, la FFC propose à ses licenciés de nouveaux services pour améliorer leur expérience et les accompagner au quotidien dans leur pratique.

A l’horizon de la saison 2020, la FFC a souhaité mettre à disposition de ses licenciés un espace personnel accessible depuis n’importe quel terminal numérique.

Ainsi, cet espace licencié a été pensé afin de centraliser toutes les informations personnelles des adhérents (historique de la licence, club et comité d’appartenance, contacts…).

Le licencié aura également la possibilité de consulter ses propres résultats et classements, à l’image du classement par points ou du nouveau Classement FFC Cyclosport, lancé il y a deux mois pour les cyclosportifs et cyclosportives affiliés à la FFC.

A partir du premier trimestre 2020, les licenciés auront même la possibilité de s’engager sur leurs courses ou leurs compétitions depuis leur espace licencié.

Sont également présentés tous les avantages associés à leur licence, notamment auprès des partenaires de la FFC. De plus, développés avec les cadres techniques de la FFC, des fiches entraînement et nutrition viendront régulièrement garnir cet espace.

La grande force de ces nouveautés réside avant tout dans la dématérialisation de la licence fédérale. Une licence consultable à tout moment sur My Coach Vélo, l’application officielle de la FFC, téléchargeable gratuitement sur iOS et Android.

Depuis le 1er juin 2019, la licence digitale peut être présentée sur les épreuves, aux commissaires et arbitres, lors du retrait des dossards. A partir du 1er septembre, les licences pourront également être prises de façon dématérialisée. L’objectif étant la dématérialisation quasi-systématique de ce document officiel.
 

En partenariat avec la société My Coach, la FFC a lancé il y a près de deux ans son appli officielle.

 
My Coach Vélo s’adresse à l’ensemble des pratiquants cyclistes, toutes disciplines confondues, qui souhaitent progresser ou s’engager dans une approche sportive, de loisir ou de compétition.
Suivre l’évolution de ses performances, rendre ses sorties incontournables en les enregistrant ou profiter des parcours officiels de la FFC, ou encore apprendre et progresser… Cette application offre de nombreuses fonctionnalités à ses utilisateurs.

Son objectif premier, rendre accessible au plus grand nombre l’expertise technique de la FFC en proposant des tutoriels vidéo sur un vaste choix de thèmes (apprentissage, entraînement, perfectionnement, préparation d’une épreuve, sécurité, entretien…). Plus de 84 tutoriels sont aujourd’hui disponibles dans l’appli et des nouveautés, avec notamment des tutos spécifiques « préparation physique » (gainage, pompes et pompes inversées, squats, fentes) pour préparer la saison estivale, ont également été intégrés à ce support.

 
Une véritable mine d’or pour certains pratiquants, en recherche de performance.

Des vidéos « savoir rouler à vélo » (prendre un rond-point, la sécurité à vélo), destinées aux jeunes cyclistes, sont également apparues courant juin. D’autres tutoriels vont venir compléter cette collection d’ici la fin de l’année.

Les pratiquants retrouvent également sur cette application, pas comme les autres, des contenus exclusifs à l’image des différents parcours cyclosport et des sites VTT labellisés par le FFC.

Depuis quelques jours, cette application bénéficie d’ailleurs d’un tout nouveau site internet. Retrouvez sur ce site toutes les informations liées à l’application : les détails des fonctionnalités, les liens de téléchargements vers l’application et une vidéo de présentation de la licence numérique désormais consultable sur l’application.

Source : www.FFC.fr

Mouvement Pour un Cyclisme Crédible

LES CHIFFRES DE LA CRÉDIBILITÉ AU 1ER JUILLET

Les cas relevés en cyclisme au cours du premier semestre de l’année ne sont pas bons. Au total 15 cas, dont 7 révélés par l’enquête policière sous le nom d’Opération Aderlass.

« Toujours laisser une lumière allumée ». Cette mise en garde souvent formulée par Roger Legeay, Président du MPCC, illustre la nécessaire vigilance de tous les instants, concernant les atteintes à la crédibilité du cyclisme. Ce début d’année 2019 nous démontre la pertinence de cette formule.

Quinze cas de dopage ont été révélés en cyclisme depuis le début de l’année, dont 7 chez les pros sur route, après seulement 6 mois. Ces chiffres sont les plus mauvais depuis 2014, c’est-à-dire depuis que nous comptabilisons ici les cas de dopage (mais aussi de corruption).

Ils sont en partie la conséquence d’une enquête policière menée en Allemagne et en Autriche : l’Opération Aderlass, qui concerne au total 7 cas révélés au cours du premier semestre, a mis à jour des pratiques, parfois très actuelles, de dopage lourd (autotransfusions), ce qui jette une ombre sur l’efficacité de la lutte antidopage et vient ternir à nouveau l’image du cyclisme.

On peut toutefois relativiser la portée de certains cas, puisque pour 4 d’entre eux, ces procédures concernent des faits remontant plusieurs années en arrière (2011-2013).

Trois pays sont plus principalement concernés par les cas de dopage recensés depuis le début de l’année : la Colombie (4 cas), la Slovénie (3) et l’Autriche (3).

En cette première moitié de l’année 2019, le cyclisme est donc 4ème dans la liste des disciplines les plus touchés par les atteintes à l’éthique sportive juste derrière l’haltérophilie, le Baseball et l’athlétisme. Fin 2018, le cyclisme apparaissait seulement au 13ème rang de ce classement.

Source : http://www.mpcc.fr